Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voilà-Moi!  #Mboamusic

Chronique : Les Beats makers ravissent désormais la vedette aux artistes.

18 Juillet 2016 , Rédigé par Atome Publié dans #Chroniques

Chronique : Les Beats makers ravissent désormais la vedette aux  artistes.

Avant d’être Camerounais, le problème que je soulève est d’abord continental voire même international. C’est pathétique de constater à quel point le niveau des artistes a baissé sous la poussée de l’idéologie mercantile. Je ne dis pas que tous les talents sont empestés par cette paresse qui vire à la faiblesse, la paralysie et l’inhibition des capacités créatives artistiques. Il y’a encore des talents et même des virtuoses dans ce monde, mais sur qui l’attention n’est plus portée ,cela au profit de ceux  pour qui le bon marketing est effectué. Pourtant limités en capacités.

Oui je parle de marketing, du marketing de l’accroche, de l’époque où l’artiste chanteur ne chante presque plus, ne dit plus presque rien, mais produit des musiques qui se dansent, oups !! Mieux dire c’est son beat maker qui les produit, c’est lui qui est à l’œuvre et qui représente désormais la pièce maîtresse du morceau. Les majors, les labels, les maisons de disques, tous en sont victimes et sont trempés dans le phénomène du « Miser tout sur le beat ». Les rythmes les plus influencés par cette vogue sont le Hip hop, la Rap, le Trap , la Néopop, et en Afrique Les Afro beat ( l’AfroTrap , L’Afropop, le Rap, le Coupé décalé et presque tous les nouveaux rythmes )

Le problème n’est pas que le Beat ne doit pas être bon, mais plutôt, que l’artiste n’est plus performant sur la musique, ce n’était pas comme ça avant. On assiste à cette époque triste où les voix mal posées sont fracassées par l’autotune qui les redresse dans un semblant de « Son agréable à l’oreille ». Moi ça me fait mal…

Chronique : Les Beats makers ravissent désormais la vedette aux  artistes.

Mettez Trace Urban ou Trace Africa que les jeunes africains francophones aiment tant regarder, j’ai pitié de nos oreilles tabassées en longueur de journée par des sons jumeaux qui semblent être définis comme idéal-type musical. Je prend l’exemple d’Arafat DJ et de ses musiques dans lesquelles les cris prévalent sur que le son, mais comme on dit hein, chacun a son goût, le niveau est pourtant tellement bas, on vous dira que c’est le meilleur artiste Africain, mais franchement ,meilleur « Artiste producteur de son ou chorégraphe » oui  on  peut être d’accord.  Ecoutez les nouveaux Rap Français en vogue où des artistes changent leur registre pour suivre celui de la Trap, quel bruit lorsqu’on écoute Booba, Gradur.. . en train de chanter, J’ai mal à l’oreille… Ecoutez le kiff no beat, leur secret c’est juste une vibe, les voix sont moches et on n’entend rien, heureusement que grâce à Shadow Chris, le beat est dansant.

création d'un beat via un logiciel

création d'un beat via un logiciel

Venons alors au Cameroun où la contamination est palpable depuis le Bikutsi en ce qui concerne les sauvageries et depuis l’extérieur en ce qui concerne la tendance.

Si certains se démarquent au Cameroun, je dirai que d’autres vraiment se noyent, se confinent au principe du « Beat maker Sauveur ». C’est dramatique à la limite, ils disent tous la même chose « Danse, Aladji,  baby, mami, i love u, move you body, check am, tongo, gesier , mouf, piment , sauce, panthères… » Voilà l’essentiel des paroles des musiques au Cameroun, il n'y a même plus de thèmes, l’essentiel c’est trouver une vibe qui va avec, l’autotune fera son work . Heureusement que les beat makers  sont de plus en plus performants et le côté création musicale voile tout le reste. Des beats sur lesquels les artistes ne foutent rien parfois. Et n’oublions pas de noter que jusqu’ici sur le plan compétitif à l’échelle continentale, nos beat makers ont encore à faire.

Je pense que nous avons mal cerné les enjeux de la composition musicale de nos jours. Le niveau du chant a baissé. D’aucuns pensent que l’essentiel c’est un HIT qui ressemble en plus aux autres dans lequel le beat a plus de valeur que les paroles. A qui revient donc le véritable mérite ? On peut déjà danser sur un beat sans chanson, les artistes ont donc intérêt à innover, autant dans la façon d’écrire, de poser et surtout dans la performance vocale. Que ce soit le Rap, l’Afro Trap, l’Afro pop , le Bikutsi ou tout autre… Arrêtez les bruits, faites de la musique. Bon entendeur salut !

Chronique : Les Beats makers ravissent désormais la vedette aux  artistes.

Desormais retrouvez Atome tous les mercredis pour une chronique musicale dans l'émission Youth inside sur Equinox TV. A partir de 10 h

Partager cet article

Commenter cet article

Ismaël Ben Chico 19/07/2016 21:49

Atome à Mon avis je dirai que ton proche est bien clair
A cet effet,je dirai que 95% des musiques produites de nos jours ont une période de succès très courte puis Basta
Pourrons nous écouter ces sons avec joie 5ans plus tard !!! ???
comme les sons de krotal,et... de plusieurs années en arrières qui lorsque tu écoutes aujourd'hui ta de la nostalgie.

Ismaël Ben Chico 19/07/2016 22:07

Ou alors créer des liens direct à la fin des analyses ki renvoient directement aux solutions publié auparavant ,ceci dans l'optique d'éviter la répétition dans ton blog

Ismaël Ben Chico 19/07/2016 21:52

Je propose que à la suite des critiques il sera mieux de proposer des solutions immédiates

Eric MENZY de BrazzaDoul 19/07/2016 20:44

Bonne analyse dans l'ensemble.

Anna 19/07/2016 00:47

Il y a quelque chose dans le ton de tes articles lorsque tu fais des critiques qui me dérange un peu. En effet, je ne vois pas trop d'option ou de caractère constructif. Je trouve qu'il y a aussi trop de généralisation. Ce n'est pas parce que les sons "à la mode" n'ont pas de textes que ça veut dire qu'il en est ainsi pour tout le rap ou pour tout le monde. Ca serait plus intéressant de voir par exemple tes recherches sur au moins-ce un son avec du texte et la rime ok. Moi je citerais les raps de "Sissongho MC" et plus récemment le magnifique album de Krotal "Coeurs de Panthère". Enfin dans le R&B, je citerais le producteur "Salatiel" qui a notamment proposé ses services à Minks sur son superbe rap "Sponsor". Enfin, une petite pépite (moins récente certes) c'est "Ekoki" de Kalbass. Il ne faut pas juste critiquer my dear. Partageons plutôt les belles découvertes plutôt que de passer le temps à se plaindre de ce qu'on aime pas.

Atome 19/07/2016 09:06

Bonjour Anna, tu ne comprends pas en effet mon approche. Il y'a un présupposé selon lequel la musique urbaine connaît une émergence. J'en ai déjà parlé, mais ici lorsqu'il y'a lieu d'examiner un problème , je dois m'appuyer sur des exemples. je n'ai pas dit que c'est toutes les musiques à la mode qui sont faibles. En tu finis par etre d'accord avec moi quand tu cites Krotal et Sissongho qui ne sont pas vraiment de l'epoque actuelle. j'ai bien nuancé cet aspect dans l'article. ensuite tu cites salatiel et Mink's je suis d'accord mais combien d'autres sortant du lot peux tu me citer. Il faut bien comprendre mon approche, je suis déjà dans l'idée de partager, ce que je souleve c'est sur un plan plus avancé au delà d'un vision de simple mélomane. Et comme je t'ai déjà dit il y'a des articles où je mets bien en avant le bon travail. Recherche Salatiel , Mr Léo ,ou Locko sur mon blog et tu liras. Merci

maxime 18/07/2016 11:57

la vous avez raisons la musique a changer de tournure plus de theme que du marketing mais comme ds toute chose ns avons des exceptions et je pense sue ca ira a lnavenir je l'espere bien

Anna 19/07/2016 11:56

En effet, ton approche me semble quand même étrange. Je pourrai te citer pas mal d'autres artistes. Krotal a sorti un album dernièrement et il s'écoute. A force de donner l'impression que la jeunesse (dont toi-même tu fais partie) n'a plus de valeurs que ce soit les artistes ou ceux qui les écoutent, vous (toi et tous ceux qui de plus en plus passent le temps à verser du sel sur la musique urbaine) allez donner plus de visibilité au négatif. Il y a quelques années la musique urbaine était "underground", c'était comme une voie perdue pour un jeune qui y rentrait. Aujourd'hui que ça commence à se développer, on ne sait que dire "les lyrics sont nuls" etc... Lorsque tu fais de la critique, rien ne t'empêche même dans cet article de mentionner ceux qui font bien dont tu as déjà parlé. En effet, on aura pas toujours le temps de fouiller ton blog pour aller y voir ce positif dont tu parles. Enfin, comme un autre te l'a suggéré plus bas, quelles sont tes solutions. Je n'ai encore vu aucun de tes posts critiques, qui propose une REELLE solution pour les maux que tu souhaites décrier, or tu dis toi-même que tu te positionnes en observateur et pas juste en mélomane. Si on veut critiquer, autant que ce soit constructif. Mon feedback n'est pas personnel. Je ne te connais pas, donc je ne peux qu'analyser tes écrits et je trouve que tant qu'à s'intéresser réellement à la musique de chez nous et en parler ,que ce soit moins pour critiquer en permanence que pour construire aussi.

Isham 18/07/2016 11:07

Avant la musoque etait une histoire des morales ou lon pouvait sidentifier mais ojourdui c la superficialite totale je me demande frere si c le publique qui en est la cause ou c les artiste qui en sont la cause ....on se perd la dedans ...Quel sont les solution