Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voilà-Moi!  #Mboamusic

Bilan #MBOAMUSIC (Jan- Mars 2016)_Part 2 : Les défis de l'année 2016

11 Avril 2016 , Rédigé par Atome Publié dans #Analyse

Bilan #MBOAMUSIC (Jan- Mars 2016)_Part 2 : Les défis de l'année 2016

Après avoir produit le récapitulatif commenté des activités dans le secteur de la "Mboa music" pour le 1er trimestre de l'année 2016, je vous livre la deuxieme partie du bilan . Elle est basée sur des constats, problèmes et observations receuillis et analysés. Je propose cette fois-ci , les cinq défis sur lesquels  les acteurs du milieu doivent porter leurs  regards pour le reste de l'année.

1 . la circulation des œuvres

Un constat est clair et net dans le milieu de la Mboa music, c’est celui de la communication morte autour des disques, les artistes ont réussi à organiser leurs productions de singles à travers la labellisation et la conquête de la promotion digitale, mais il reste toujours à résoudre le problème de la circulation des œuvres.

Notons d’abord le fait que les DJs sont des épines dans le pied pour la promotion des œuvres Camerounaises. Dans les clubs de Douala, 75% de musiques jouées sont pour la plupart étrangères, tandis que les musiques du terroir, pourtant de bonne qualité et en quantité sont peu valorisées. Il n’en est pas de même dans les autres pays de la sous région tels que la côte d’ivoire ou le Nigeria où la priorité est accordée aux musiques locales.

Ensuite, notons l’absence de points de distribution, et l’inexistence de plateformes accessibles au public paralysent la possibilité de vendre des albums. Toujours est t’il qu’il revient à chaque label d’organiser sa stratégie ou alors, que les promoteurs de label s’unissent afin d’aménager les conditions favorables. A l’heure actuelle, le public ignore comment se procurer les Cds de Locko, Daphné ou Magasco sortis dernièrement et aucun de ces artistes ne peut donner un chiffre valide de ventes ; de toute façon il sera bas.

2.Le cadre juridique

Il serait aussi important d’organiser le secteur musical sur le plan juridique, c’est le moment de mettre sur pied des organismes de régulation et de gestion du droit d’auteur, d'édition phonographique afin de permettre la circulation fluide des œuvres, mais surtout leur suivi et leur contrôle. Cela va du rôle des promoteurs de labels, des promoteurs culturels et surtout des artistes. C’est l’un des éléments clés pour une industrie musicale. N’oublions surtout pas que cela ne peut se faire sans synergies, nous devons unir nos professionnalisations et pourquoi pas tenir des forums et congrès autour cette industrie émergente.

3.La collaboration artistique(les featurings)

Des singles sortant du Cameroun s’exportent en grand nombre, conquièrent l’Afrique et le monde, mais jusque là, triste est d’observer l’évolution en rangs dispersés des artistes  Les featurings renforcent pourtant la capacité promotionnelle, l’image du pays et surtout les cotes artistiques, ce qui engendre naturellement plus de rentabilité notamment sur les actions annexes.

4. L'identité  musicale

La musique Africaine traverse une époque assez métissée où l’on retrouve une plethore  de styles nouveaux. Si les tendances Afro pop benskin et Bikutsi tendent à dominer la chanson Camerounaise, il n’en demeure pas moins du Rap qui en 2015 a connu les plus gros succès au pays et sur le continent : « Coller la petite » et « ça sort comme ça sort ». Il reste encore pour de nombreux rappeurs à trouver l’identité adéquate pour se faire consommer par le grand public, non pas forcément sur des beats afropop, mais bien sûr sur des beats de Rap Kamer conçus à partir des rythmes locaux. Vous aurez plus de détails en lisant cet article http://voilamoi.over-blog.com/2016/03/la-discotheque-de-papa-banque-des-futurs-succes-de-la-mboa-music.html

5. La mise en place de spectacles ouverts

L’autre défi des labels en 2016 sera l’évènementiel corporate indépendant. De nombreux artistes aujourd'hui ne se promeuvent que par des évènements où on les sollicite, aucun label ne prend l’initiative d’un concert comme l’a fait dernièrement New bell music, ou encore travailler en synergie avec les autres comme cela s’est fait au dernier Douala Hiphop festival. Pourtant l’avantage avec cette forme de promotion est que l’on contrôle et tient les rennes de son music-business. J’appelle ainsi à restructurer et interroger les notions de management et de division de postes dans les labels qui sont en effet des entreprises. On a besoin de voir des artistes en vrai spectacle et non en playback sur des plateformes mal aménagées ou dominées par les marques qui posent des conditions parce que détentrices de l’initiative et du capital. En unissant leurs moyens, les labels peuvent imposer leurs spectacles dans le milieu de l’évènementiel et donner une ligne à suivre aux dits « sponsors de la musique ». Les marques semblent faire croire aux artistes qu’ils ont besoin d’elles, pourtant le contraire est aussi plausible (Observez la mobilisation d’un artiste Camerounais sur les réseaux sociaux, peu d’entreprise peuvent en faire autant si ce n’est avec de gros budgets, l’artiste comme ambassadeur de marque est donc un investissement forcement moins couteux et plus rentable).

Si tous ces défis ne peuvent être résolus cette année, qu’ils soient au moins amorcés.

Bon entendeur salut !

Retrouvez Urban list sur Canal 2 à partir de 16h30

Retrouvez Urban list sur Canal 2 à partir de 16h30

Clin d'oeil

Bonus :  LE TOP 5 DE DEXTHER TIMBERLAKE 
(Ce classement tient compte du 1er trimestre de 2016 Allant du 1er janvier au 30 mars 2016)

Vous connaissez bien l'émission tv "Urban list" diffusée sur Canal 2 et présentée par Dexther. L'animateur nous a offert un classement top 5 des Mboa music ayant eu le plus de succès durant ce premier tiers de l'an 2016. Evidemment, la suite  que vous lirez n'est pas de moi, il a entirement produit le texte et les  commentaires. Pour rappel , l'émission est diffusée du lundi au vendredi sauf le mercredi .

Lundi 16h30
Mardi 16h30
Jeudi 16h30
Vendredi 15h30


5- MAALHOX - CA SORT COMME CA SORT : 

Le titre fait toujours danser comme au premier jour; le vibeur aura su choisir le thème et les expressions qui consernent tout le monde ce qui lui a permis d'atteindre le sommet de tous les charts jusqu'au mois de février


4- LOCKO - NDUTU :

Sa voix met tous le monde d'accord depuis margo; le titre Ndutu aura bénéficié d'un super vidéogramme et d'une bonne communication ce qui lui permet de briller sans oublier son séjour à Abidjan qui lui a permis d'accroître sa popularité à l'échelle internationale. Cette 4eme place est bien Méritée! 

3- Mr LEO - ON VA GERER :

Tout petit mais immense. Mr Leo n'a pas été apprécié à sa juste valeur avec le titre E go better. Il a fallu qu'il nous servent On va gérer pour que ça devienne un hymne dans tous le pays. Cette belle inspiration qui touche à la fois la jeunesse et nos parents lui vaut la 3ème place de mon classement

2- MAALHOX LE VIBEUR - TUER POUR TUER : 

Maalhox , encore maalhox et toujours maalhox... ses challengers se demandent sans doute ce qu'il feront de lui. Il deborde d'énergie et est loin d'être essoufflé. Le fait que son titre Ça sort comme ça sort soit toujours d'actualité ne lui à pas du tout empêcher de sortir ce nouveau titre et a la surprise générale le clip suivra quelque jour plutard. Cette affaire à commencé au trianon de paris et est vraiment entrain de tuer tous les autres titres en vogue au Cameroun; et ce n'est qu'une question de jours pour que le 1er de mon classement passe à la trappe. Tuer pour tuer de Maalhox est 2ème et ce n'est pas fini!

1- MAGASCO - WULE BANG BANG :

"baby girl i go give u money give u soteh u di call me police eh" tout le monde connaît la mélodie et quand on doit wule bang bang c'est tout le cameroun qui pousse le cris de guerre "wolooolooo"
Magasco à su profité de la fin de cycle de coller la petite et de la baisse de régime de ça sort comme ça sort. Dans mon classement le titre est numéro 1 un mais pour combien de temps encore?

      
                                               By Dexther timberlake
                                                   @dextherofficiel
                                                Copyright:Avril 2016

 

Je suis Atome, Enfant d'Africa. #Voilàmoi!

VOUS POUVEZ AUSSI LIRE LES AUTRES ARTICLES PRESENTS SUR LE BLOG ET POUR TOUTE PREOCCUPATION CONTACTEZ MOI;

Email : atomerappeur@gmail.com

Twitter : @atome_c_moi

Facebook : Atome Rapopraticien

Partager cet article

Commenter cet article

Elodie 26/04/2016 12:03

Je suis assez d'accord avec ton analyse, mais je crois néanmoins que ces problèmes datent maintenant de Mathusalem. On aurait cru qu'avec le succès des chanteurs urbains camerounais depuis près de 2 ans maintenant, les choses auraient pu changer. Mais non... En tout cas, on garde espoir. Elodie

atome 26/04/2016 12:11

ça ne fait que 2 ans élodie, les choses sont en train de prendre peu à peu de nouvelles configurations. Gardons espoir toutefois